Cahiers de la guitare (récital Isabelle Chomet)

isabelle-chomet"...finesse et musicalité sont présentes dès les premières notes, engagement aussi dans les trois pièces à découvrir du mexicain Jorge Ritter, à la saveur rythmique ou poétique chargées d'allusions indiennes, espagnoles, africaines se mêlant aux françaises impressionistes. La limpidité des sonorités, le magnifique détaché de chaque note traitée comme un fruit coloré font du Tiento 1 de Hans Werner Henze, un mirage insoupçonné. Le Tiento 2 tout en contraste, est rempli de caractère et le Tiento 3 demeure plein de douceur tant la réalisation est dominée dans tous les passages aussi vifs soit-ils. Fluidité est peut-être le maître mot de cette interprétation à l'émission sonore parfaite. Sentiment de l'ineffable serait l'autre maître mot : la Decameron Noir de Brouwer en ressort habillé de neuf, rêve et lumière mêlés, dans une dynamique qui ne faiblit jamais. La beauté des vibratos d'Isabelle Chomet, en particulier dans l'aigu, la pureté de ses harmoniques habitent son jeu et les oeuvres qu'elle visite, connues et moins connues, comme ses deux préludes du compositeur Olivier Bensa, évoquant des mondes anciens ou pas encore nés. Sor, Barrios, Tarrega, elle connaît aussi, les maîtrise parfaitement avec les doigts, le coeur et la tête... mieux : elle en donne une lecture personnelle. Isabelle Chomet : une découverte d'importance, qu'il faut accueillir dans tous les festivals".

 Martine Coquerelle, Les Cahiers de la Guitare n°63 (cd récital Isabelle Chomet)

 

Retour en haut

Sign In or Create Account